Mes conseils à mon “moi” adolescent.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon départ de Strasbourg. C’est le jour où j’ai définitivement dit adieu à ma vie d’adolescente (à 23 ans…) pour entrer dans la vie d’adulte.

Les 10 années qui ont précédé cette date ont été folles. Pleines d’aventures, pleines d’amour, et pleines de larmes aussi. Aujourd’hui, j’ai l’impression que tout ça, c’était encore hier. Que demain, peut-être, on séchera les cours pour aller boire des despé dans les bois. Beaucoup de choses n’ont pas changé depuis. J’ai les mêmes amis d’amour et je tiens toujours un blog avec ma meilleure amie.

          1. Ce n’est pas la peine d’espérer, tu ne grandiras plus.

On y a cru. Longtemps. Maintenant à 26 ans, je peux te le confirmer, jamais tu ne dépasseras le mètre 60.

C’est bien bête, mais c’est la vie.

Prends ça comme un avantage. Même avec des talons de 10cm, tu ne dépasseras pas ton copain. Tu auras toujours besoin d’un tabouret pour atteindre l’étagère du haut, celle où ce fameux copain range les mars. Des calories qui ne se retrouveront jamais sur tes fesses. (quoi que..)

       2.  Les gens qui t’écoutent parler quand tu as l’alcool triste ne te veulent JAMAIS de bien.

Si tu croyais que tu allais passer ta vie en mode “Un esprit sain dans un corps sain” c’est loupé ! Tu mangeras mcdo trop souvent et tu te mettras des races phénoménales. L’abus d’alcool est dangereux pour ta santé – et pour ta réputation aussi – Crois moi, les gens qui t’écoutent parler quand tu es assise dans l’herbe avec un verre de vodka dans la main se foutent complètement de tes états d’âme. Va plutôt voir tes copines. Tu peux être sûre que toutes les confidences feront le tour du lycée demain. Pose ton verre et ramasse ta dignité, merci. tessetflora20ans

          3. Suis ton instinct.

Tu as toujours raison. C’est moi qui te le dis, et je suis bien placée pour le savoir. Ne laisse personne te dire le contraire. Et même si, au fond, tu sais que tu as tort, trompe-toi quand même. Ce sont tes erreurs qui te poussent vers le haut. Tu en sortiras grandie. (Enfin, pas physiquement, hein, j’espère que c’est bien ancré dans ta petite tête ça.)

          4. La frange : ce n’est vraiment pas une bonne idéenon à la frange

Pour résumer, la frange, c’était au primaire. Et puis fin du collège, et encore un peu au lycée et ensuite à la fac… Maintenant, il faut arrêter. Je te le dis gentiment. Tu ressembles à un épagneul.

         5. Si tu veux faire quelque chose, fais-le.

À la fin du lycée, tu vas devoir prendre de grosses décisions, ça s’appelle la vie, meuf. (ou admission post bac.) Surtout, fais ce que tu veux, lance toi. Pendant les 10 prochaines années, tu ne seras jamais vraiment sûre de toi. Tu vas remettre en question pas mal de tes choix. Mais au final, tu n’auras rien à regretter, car tu auras tenté le coup. Oh, et t’inquiète ! Le coup du talent aux exams, ça marche à chaque fois.

          6. Bosse, casse-toi le cul, ça vaut le coup.

Bon, je te disais le talent aux exams, ça marche. Par contre si tu veux avoir une vie sociale et faire une école privée, va falloir que tu te bouges le fion. Tu vas devoir assembler des salades à 4h00 du matin, mais quand tu dépenseras toute ta thune en mojito et en rouge à lèvres, tu seras vachement contente !

          7. Ne sois pas trop dure avec tes parents, ils font de leur mieux.

Tu as un véritable don pour être en colère. Tu vas en vouloir à la terre entière et surtout à tes géniteurs à de nombreuses reprises. Tu te rendras compte plus tard que même s’ils sont vraiment pénibles par moment, ils t’aiment. Et que toi aussi. Et ouais. Pas la peine de vouloir s’émanciper à 16 ans, tu seras bien contente quand maman t’aidera à payer tes études. Et ton permis. Et ta voiture. Donc sois gentille, ok ?

parents tout ce qui brille         

          8. Ne sois pas trop dure avec toi-même non plus, tout le monde s’en cogne.

Et si, en plus de laisser un peu de lest à tes parents, tu t’en laissais à toi-même ? Il faut vraiment arrêter de vouloir être toujours la meilleure tout le temps. En fait, tout le monde s’en fout,  personne ne t’en tient rigueur et d’ailleurs, c’est même un peu agaçant.

          9. Tout ira bien.

tout ce quibrilleJe ne vais pas te mentir, il va y avoir des moments difficiles. Tu vas beaucoup pleurer, crier, te dire que la vie, c’est quand même un peu de la merde. Tu vas mettre du temps avant de trouver un équilibre, à comprendre comment tourne le monde, mais au bout du compte, tu y arriveras. Tu rentreras chez toi après un exil alsacien, tu reprendras ta petite place, ta petite vie, comme tu l’avais laissé, mais avec les problèmes en moins.

Ton boulot est cool, ton appart est cool, tes amis sont cool, ton mec est cool. Donc, respire un peu, ne te précipite pas. Fais une pause et profite.

          10. Vis ta vie.

Au fait… Moi je te dis tout ça, mais au final, je sais que tu feras quand même comme tu veux. Je sais que tu n’écouteras pas mes conseils parce que, j’avoue, j’aurais dû te dire tout ça il y a 15 ans. Et je sais que si quelqu’un t’avait dit ça il y a 15 ans, tu aurais soufflé en levant les yeux aux ciels, en te disant “trop relou la meuf.” Et tu aurais repris ton rallye lecture, au calme. Mais je ne t’en veux pas, c’est bien. Au final, tu ne t’en sors pas trop mal. Quelques cicatrices, quelques regrets, comme chacun d’entre nous.

Et vous, alors, quels conseils donneriez-vous à l’ado en vous ? 

F.

3 réflexions sur “Mes conseils à mon “moi” adolescent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s